La sécurité routière et les parties prenantes

La sécurité routière inclut toutes les mesures préventives, permettant de réduire en nombre les accidents de la route, de conscientiser la population sur les bonnes attitudes à avoir au volant, sur la dangerosité de l’alcoolémie, de la drogue, de l’insomnie, de la vitesse, … Vu son ampleur, elle n’est pas seulement l’affaire des organismes gouvernementaux, mais intéressent également les organismes non gouvernementaux, les organismes de recherches et de formations.

Les organismes gouvernementaux

Parties prenantesC’est le Comité Interministériel à la Sécurité Routière ou CISR, et le Délégué Interministériel à la Sécurité Routière ou DISR, sous la tutelle du premier ministre, qui élabore la politique gouvernementale y afférente et s’assure de son application. Ce comité, en tant que leader, va coordonner les actions à mener par les différents ministères, le ministère de l’écologie, du développement durable et de l’énergie, le ministère de l’intérieur, le ministère des affaires sociales et de la santé, ministère de la justice, ministère de l’éducation nationale. Un autre organisme gouvernemental s’occupe de la collecte, l’analyse, l’interprétation ainsi que la publication des données statistiques nationales y afférentes, le suivi des recherches et études, et enfin l’évaluation des nouvelles mesures de sécurité à mettre en place, mais actuellement en phase de test. Le dernier élément gouvernemental c’est le Conseil national de la sécurité routière ou CNSR, ayant pour membre des élus, des associations, et des entreprises. C’est un genre de plateforme de concertation sur certains thèmes importants concernant la sécurité routière.

Les organismes non gouvernementaux

Les organismes non gouvernementaux regroupent généralement les associations œuvrant sur la sécurité routière, notamment les associations d’usagers d’un moyen de transport quelconque, les associations de jeunes, les associations de lutte contre l’alcool, les associations de lutte contre la drogue … Et puis, il y a aussi la prévention routière qui est un organisme parapublic. Et enfin, les associations des victimes de certains évènements marquants de la France, qui luttent par principe contre l’insécurité routière. Outre ces organismes non gouvernementaux, les organismes de recherches sont également des parties prenantes en matière de sécurité routière. Ils sont la plupart du temps spécialisés dans la recherche scientifique, la technique, l’étude des matériaux, l’étude des structures, les problèmes sociaux, économiques, environnements et humains, infrastructures routières, infrastructures de transport. A part cela, il y a également les organismes de formation assurant la formation des inspecteurs du permis de conduire, des experts en automobiles, des animateurs de stages de conscientisation des conducteurs contrevenants, ainsi que les personnes intervenants dans les commissions médicales sur le permis tels que les gendarmes et les médecins. Veuillez consulter le profil twitter Olivier Jobit pour plus d’informations.

Publicités

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s